Puebla de

San Miguel

Le pressoir

Le musée « El Cubo » rappelle la tradition vinicole de la commune avec l’utilisation de différents pressoirs tels que celui-ci, où le raisin était foulé et pressé au pied pour obtenir du vin.

Le raisin était foulé avec des sabots de bois, dont le cou-de-pied et le talon étaient en sparte. En effet, la fabrication des espadrilles (alpargatas et esparteñas, respectivement fabriquées à base de toile avec une semelle en sparte et en chanvre ajustable avec des sangles, et de corde de sparte) était artisanale et très répandue dans la comarque, comme celle de l’osier avec lequel étaient fabriquées toutes sortes de paniers et de contenants, entre autres objets. Ces activités servaient à compléter l’économie domestique et à occuper les froides journées d’hiver.

Ces deux espaces possèdent donc un riche patrimoine ainsi qu’une grande valeur ethnologique, émotionnelle et identitaire. Ils constituent un itinéraire culturel qui se poursuit à travers la salle d’exposition de l’ancienne mairie, parmi les archives historiques qui contiennent des documents du xve siècle à nos jours, ainsi que d’autres monuments captivants tels que l’église de San Miguel, les chapelles de La Purísima et San Roque. La « Tejería », un peu plus éloignée et parfaitement conservée, est également à visiter. Utilisée jusque dans les années 1950, elle est l’une des structures situées sur ce territoire qui porte, aujourd’hui, la dénomination officielle de « parc naturel ». En parfaite harmonie avec cet environnement privilégié, à l’esprit ancestral solitaire, mais dur comme le bois de las Blancas.